Nous avons fêter Tsagaan Sar : le nouvel an lunaire mongol

nouvel an tsagaan sar mongol

Tout comme le NadaamTsagan Sar le nouvel an mongol est un événement unique dans l’année pour les mongols.

Tsagaan Sar marque le début d’une nouvelle année, même si on la célèbre bien après la nouvelle année du calendrier.

 Le nouvel an lunaire mongol ne se situe jamais à la même date d’une année sur l’autre. Il faut savoir que la détermination de la date exacte du Tsagaan Sar est le fruit d’une analyse cosmologique d’après calcul sur le calendrier lunaire réalisé par de grands lamas bouddhistes. On célèbre l’événement au cours de la nouvelle lune de février.

kheviin boov
kheviin boov – gâteaux secs

Une fête pleine de symboles

Le nouvel an mongol est une fête chargée de nombreux symboles. Après un long et rigoureux hiver, Tsagaan Sar célèbre le passage à des jours meilleurs, car c’est le printemps qui s’annonce. Avec la fin de saison froide approchant, Tsagaan Sar est une épreuve de purification afin de se débarrasser de tous les maux de l’hiver.

Le nouvel an lunaire est effectivement un seuil où l’on achève une année et l’on commence une nouvelle prometteuse.

Mais c’est aussi le moyen pour tous les mongols de pouvoir se réunir en famille. C’est un moment privilégié pour les aînés de la famille qui d’une on la tâche de l’organisation de la réception et de deux qui reçoivent tous les respects et les bénédictions de la famille.

Tsagaan Sar est une fête profondément humaine où les valeurs familiales ont tout leurs sens.

Les richesses et trésors mongols sont à la fête, ceci passe par la nourriture : moutons, buuz, produits laitiers, mais aussi par l’artisanat et les traditions : les plus beaux deels sont portés, la fiole de snuf est de sortie et les paroles chaleureuses vont bon train.

tsagaan.sar 1
fromages secs

Le réveillon : le bituun

La veille du nouvel an est nommée le Bituun, ce jour marque le dernier de l’hiver où l’objectif est de manger jusqu’à plus faim. L’esprit veut que si l’on est repus au Bituun, on bénéficiera de nourriture en suffisance tout au long de la prochaine année. Le Bituun, qui signifie ‘’obscurité totale’’ est une nuit où la lune est cachée, par opposition à la lumière du Tsagaan Sar, où la lune est pleine.

Tsagaan Sar nouvel an mongol !

Au lendemain matin, c’est-à-dire pour Tsagaan Sar chacun doit se lever très tôt, avant le lever du soleil, afin de réaliser ses premiers pas de l’année: c’est le muruu gargakh, dont deux directions sont donnés à chacun d’après l’année de naissance et l’horoscope bouddhiste.

muroo gargah
muroo gargah – premiers pas de l’année

Les rues des villes et des villages se transforment alors en une étonnante nuée de personnes semblant errer on ne sais où.

Une fois son chemin parcouru, on rentre à la maison pour enfiler son plus beau deel. Puis en famille, on en vient à célébrer Tsagaan Sar tous réunis autour de la table avec le boov (genre de pyramide de pain frit), le plat de moutons uuts et les buuz.

visit zaraagn sar
visit zagaan sar

Les hôtes assis, sont placés du côté opposé  de l’arrivée des invités, au bout de la table. Habillés de leur plus beau deel et d’un chapeau, ils reçoivent bras tendus avec un khadag (écharpe de soie) les voeux pour la nouvelle année de la part de chacun, en prononçant ses vœux Amar baina uu !.

On commence toujours les salutations entre l’aîné des invités et l’aîné des hôtes. L’accolade que l’on se donne mutuellement traduit le soutient que l’on porte à son aîné en disposant ses bras sous celui du plus âgé. La tradition est de faire une offrande aux maîtres de maison, sous la forme de cadeaux, ou d’argent.

Une fois les salutations et les vœux donnés, chacun prend place autour de la table. Le maître de maison fait tourner  l’khoorog (fiole de tabac prisé), symbole d’échange d’amitié. Les invités sont priés d’en faire autant avec l’hôte.

C’est alors l’heure de pouvoir commencer le repas !

La préparation du Tsagaan Sar – le Nouvel an Mongol

Les mongols considèrent Tsagaan  Sar comme une célébration à ne manquer sous aucun prétexte. Aussi, ils dépensent beaucoup d’argent dans la préparation des plats et l’achat de cadeaux. Il est vraiment étonnant de voir à quel point Oulan-Bator fourmille quelques jours avant la nouvelle année. La ville est complètement paralysée par un trafic insoutenable. Chacun s’affaire dans les boutiques ou au marché noir Khar Zaar pour pouvoir faire le plein ! La ville est en ébullition, et on sent une véritable pression partout, chacun ne veut surtout pas rater son Tsagaan Sar !

DSCN0739
yourte pour service
DSCN0742
achat de viandes

La préparation du repas est un rituel bien particulier où on se doit de présenter sur la table obligatoirement les plats suivants :

-l’Uuts, plat de mouton cuit à la vapeur présenté sur le dos et le derrière en une seule pièce

-La pyramide de boovs appelée Shiniin idee, décorée au sommet d’aruuls et d’autres  sucreries.

-les buuz, ravioles de mouton et de bœuf cuits à la vapeur

-le riz au lait, qui est partagé par chacun dans un même bol

-la salade de pommes de terre

-du Seutei Tsai, thé géorgien au lait de vache

-et une bonne bouteille de vodka !

uuz
uuts – viande de mouton
ul boov
ul boov pour tsagaan sar – nouvel an mongol
byyz.mongol
byyz mongol – raviolis
zagaan arkhi
tsagaan arkhi – vodka de lait

Accessoirement, on retrouve aussi les accompagnements suivants :

-divers types de salades de légumes

-des fruits frais et secs

-de l’airag , lait de jument fermenté décongelé de l’été.

-du jus de myrtilles

-des gojies, baies sauvages aux propriétés reconnues

-de l’arkhi, alcool de lait de vache ou de jument

-d’autres alcools comme le whisky ou le vin

fruit en conserve
fruit en conserve
Baie argousier
Baie argousier

Les baies d’Argousier dont on fait de lhuile aux vertus bénéfiques.

bonbons
bonbons

Tout est traditionnellement préparé par chaque famille dans la culture nomade. Pour les sédentaires habitants en ville ou en village, le tour est plus difficile à réaliser, notamment concernant la cuisson du mouton. Afin de présenter un dos de mouton cuit sur une seule pièce, seules de très grandes casseroles peuvent assurer l’exploit. C’est pour cette raison que peu de temps avec le nouvel an, l’on voit fleurir  d’innombrables yourtes aux pieds des immeubles. Un écriteau à leurs portes indique « Lait et Mouton », en fait il s’agit de yourtes utiles à la préparation du mouton. Le service rendu est toujours bien accueilli et les heureux cuisiniers ont toujours de plus en plus de demande !

yourte en ville
yourte en ville
en route chez des gens
en route chez des gens

On attribut  de grandes considérations envers l’importance du derrière du mouton. En effet le mouton mongol à la particularité de posséder une queue disproportionnée et constituée de graisse. La grosseur de la queue du mouton présentée sur le plat est synonyme de richesse.

Le boov, nécessite lui aussi une bonne popote pour être frit, d’autant plus qu’ils en faut une bonne quantité pour former une pyramide élégante ! Pour cette raison, de nombreuses personnes en achètent directement auprès d’un artisan pâtissier.

A ce propos la pyramide du boov à une signification bien particulière. La forme circulaire des boovs empilés renvoi à la cosmologie dont les mœurs mongoles sont profondément ancrées, mais il faut savoir également que le nombre d’étage est généralement en coïncidence avec les dizaines d’années de l’hôte d’accueil.

Cependant, dans certaines régions, ou dans certaines familles, on empile arbitrairement un nombre d’étage défini selon sa propre coutume ou alors pour affirmer une certaine richesse acquise.

Pourtant, malgré tout le mal que les mongols se donnent à parfaire leur table de réception, on relève tout les ans les mêmes étourderies et petits malheurs qui font plus rire que pleurer, tels que :

  • L’oubli des boovs dans le taxi
  • la cuisson râté du mouton qui tombe en miettes
  • ou encore, plus incroyable : le vol des buuz entreposés sur le balcon !!

Le repas du Tsagaan Sar

Après avoir salué les hôtes, vient le temps de se mettre à table. Qu’importe l’heure qu’il soit, matin, après-midi ou soir, seul l’instant est à saisir pour partager la table de ses hôtes. Ainsi, dans une journée, il n’est pas rare de pouvoir affirmer avoir célébrer 5 repas de nouvel an !

Une fois chacun assis, le maître de maison fait tourner son khoorog en signe de fraternité. Puis il en vient à offrir le un bol d’airag à chacun.

Pendant ce temps chacun se sert dans les plats présents sur la table.

Une fois les conversations alimentées, l’hôte vient à servir chacun d’un verre de vodka.

vodka mongol
vodka mongol

Dans la foulée, arrivent les buuz tous chauds !

La deuxième tournée de vodka agrémente la sauce.

Une seconde fournée de buuz arrive alors avec l’accompagnement indispensable qu’est la salade de patates.

De nouveau un bol d’airag, histoire de varier les goûts…

Puis la troisième tournée de vodka qui amène comme à chaque fois à pousser un petit discours ou à lever un toast à tour de rôle.

Une fois que tout le monde a bien mangé et bien bu vient la remise des cadeaux des hôtes aux invités.

Puis l’inévitable partie de Shagaï avec les enfants ! (jeu d’osselets mongols)

jeu d'osselets
jeu d’osselets

Et un repas en annonce un autre dans la yourte ou l’appartement d’en face !

Cadeaux de Tsagaan Sar

Préparer les cadeaux pour le Tsagaan sar est une partie très importante et très couteuse. On n’imagine pas combien de cadeaux il faut acheter, car on ne sait pas combien de personnes peuvent venir chez nous !

Normalement, on prépare des cadeaux plus sophistiqués pour les membres de la famille et les amis proches. Souvent des vêtements et des accessoires en laine (eh oui Tsagaan sar est en hiver !). Selon la richesse de la famille, les cadeaux peuvent varier entre des pulls, deels (robe mongol), et manteau en cachemire ou duvet de laine de yack, ou des accessoires plus utilisés comme : des bonnets, gants, écharpes, chaussettes en cachemire ou duvet de laine de yack. Certaines familles donnent de l’argent à leurs enfants.

Pour les visiteurs que l’on ne connaît peu, un paquet de cigarettes suffit pour les hommes (même s’il ne fume pas), un savon dur pour les femmes et quelques bonbons pour les enfants.

Parfois, certaines personnes s’échangent leur cadeaux ou les donnent à d’autres personnes 🙂

A l’origine, les gens donnaient seulement des fromages secs aaruul, kheviin boov (gâteau tsagaan sar) pour les visiteurs. Cette coutume persiste encore en campagne.

Tsagaan Sar : une célébration…dans la durée !

Même si Tsagaan Sar peut durer quelques 3 semaines, ce sont les trois premiers jours les plus importants. Il s’agit des moments les plus riches en échanges, mais également les jours où les gens sont le plus disponible. Effectivement, les mongols ont couramment trois jours de congés pour célébrer le nouvel an lunaire, au-delà les gens retournent au travail.

Les rues et les steppes font l’objet de réels défilés de mode: on y croise des familles se rendant visiter d’autres. Chacun enfilant son plus beau deel comme de coutume.

Tous les enfants attendent avec impatience Tsagaan Sar, c’est leur Noël à eux ! Ils savent pertinemment que plus ils visiteront de famille plus leur tirelire se remplira !

Il n’y a pas de règle de visite pour l’événement, la tradition veut que n’importe quel inconnu soit reçu s’il le veut par l’hôte, et ce par simple principe d’accueil et de générosité légendaire mongole.

L’impressionnant plat de mouton est consommé progressivement tout comme les boovs. Cependant, on se doit de toujours laisser ces deux plats dominants au moins pendant les trois premiers jours.

Arrêt sur image pour Tsagaan Sarle nouvel an mongol

Durant les trois premiers jours de la nouvelle année, les écrans n’ont cessés de diffuser des programmes célébrant Tsagaan Sar. Dans toutes les familles, la TV est allumée en sourdine, ce qui laisse le tant de s’évader dans les paysages mongols qui font très souvent partis du décor des programmes TV.

En zappant sur une chaîne on y voit la remise annuelle de médailles des meilleurs nomades pasteurs de chaque région. A savoir qu’une famille possédant plus de 1000 bêtes est considérée comme prospère.

Sur MNB  on y voit des clips musicaux, où des enfants chantent en tenue traditionnelle les hymnes et chanson folkloriques de leurs régions respectives.

Sur MNTV, il s’agit de la chaîne de TV de la Mongolie intérieure (la Mongolie de Chine). Il est toujours surprenant de voir que cette région mongolophone ai pu conserver son alphabet d’origine.

Sur TV9, on visualise un sketch mongol tournant en comédie la polémique des cadeaux pour Tsagaan Sar – Nouvel an mongol.

Sur Suvag, on voit un clip vidéo des meilleurs artistes mongols réuni pour Tsagaan Sar autour d’une chanson.

Sur OdodTV, on peut regarder un film historique sur la vie de Chingis khan.

Sur 5TV, on peut regarder une rediffusion d’un vieux film mettant en scène le « Charlie Chaplin » mongol.

DSCN1321
programmes TV

Cette année Tsagaan sar le nouvel an mongol commencera le 2 février 2022 et ce sera l’année du Tigre d’Eau.

2 Commentaires sur “Nous avons fêter Tsagaan Sar : le nouvel an lunaire mongol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifié indépendamment
442 avis
%d blogueurs aiment cette page :