Vêtements traditionnels mongols

La richesse des vêtements traditionnels mongols

Les femmes mongoles ont tendance à être très généreuses. Les hommes mongols portaient traditionnellement des tatouages. Les vents violents sont ce qui donne aux Mongols leur teint rouge. Après des années de froid, les personnes âgées développent un réseau de capillaires sur le visage. La laine de Mongolie le cachemire de Mongolie et les vêtements en laine ont grande importance dans les vêtements traditionnels mongols. Artisans Mongols vous guide.

vêtement traditionnel mongol
Vêtement traditionnel mongol

Les Mongols sont friands de couleurs vives. Les robes sont souvent de couleur vive et ont un éclat soyeux. Elles sont garnies d’une couleur vive aux nuances contrastées et aux bordures colorées. Theroux a écrit : « Les Mongols portent des mitaines et des bottes ; dans ce pays brun, ils préfèrent les couleurs vives – il n’était pas rare de voir un vieil homme avec un chapeau rouge et une redingote violette et un pantalon bleu collé à ses bottes multicolores ».

Pour les nomades, les bains sont pris avec un seau ou dans une rivière. En hiver, les nomades se sont traditionnellement privés de baignade. Certains grands camps de ger ont un pavillon de bain. Le sel gemme est utilisé pour les massages.

Vêtements traditionnels mongols

coiffures mongols
coiffures mongols

Les vêtements traditionnels mongols sont traditionnellement fabriqués pour être solides, chauds, durables, confortables et souples lorsqu’on monte à cheval ou qu’on s’assoit sur le sol d’une yourte. Les hommes et les femmes portent des deels (robes de soie rembourrées, semblables à un caftan, longues aux chevilles, doublées de peau de mouton pour l’hiver et attachées autour de la taille par une ceinture) en hiver et un terlig (manteau finement doublé semblable à un deel) en été.

Aux yeux du commun des mortels, la robe mongole semble très simple, pas plus qu’une robe et une paire de bottes. En fait, les vêtements traditionnels et les parures personnelles des Mongols sont plutôt compliqués et colorés. Ils varient en formes et en matériaux selon les régions, les âges, le statut du mariage et font la distinction entre une tenue splendide et un costume commun. En général, les robes et les parures personnelles mongoles comprennent principalement : des ornements, des robes, des ceintures et des bottes.

Dans les villes, la plupart des gens portent des vêtements occidentaux et revêtent des vêtements traditionnels mongols pour les festivals et les événements spéciaux. Dans la steppe, vous trouverez des personnes qui portent des vêtements traditionnels mongols pour un usage quotidien. Beaucoup de gens portent plusieurs dels. Des vêtements traditionnels mongols élaborés faits de beaux tissus pour les occasions et des vêtements de tous les jours qui peuvent se salir. Les différents clans, tribus et groupes ethniques ont souvent des marques distinctives ou des styles de mode sur leurs dels que tous les Mongols reconnaissent.

Les Mongols portent traditionnellement de la laine en hiver et du coton en été. La laine est également utilisée pour fabriquer des sacoches de selle, des brides et des cordes. Le cuir et la fourrure sont utilisés pour fabriquer diverses pièces de vêtements. De nos jours, la plupart des Mongols portent des vêtements occidentaux. En hiver, ils portent un chapeau en fourrure de style russe et une veste matelassée.

Les deels (robes mongoles) sont conçus pour l’équitation, ce qui permet de garder les cavaliers au chaud sans les contraindre. Ils ont des cols hauts qui peuvent être boutonnés ou déboutonnés. Les boutons du côté gauche se ferment sur le côté droit. Les bords du manteau et des manches sont parfois garnis de velours d’un autre beau tissu. Parfois, une longue ceinture ou une ceinture en cuir ornée d’ornements en argent ou en cuivre est nouée autour de la taille. Sous leurs deels, les Mongols portent généralement un pantalon ample et une chemise

En hiver, les Mongols portent des manteaux et des cape en peau de mouton avec la laine tournée vers l’intérieur.

Robes traditionnelles de Mongolie (Deel)

Le cavalier des steppe
Le cavalier des steppe

Il y a le deel d’été et le deel d’hiver, tout comme le deel existe en différentes longueurs et dans différents matériaux, allant du cuir (peau avec ou sans fourrure) au tissu. La peau peut provenir de l’agneau, de la chèvre, du loup, du renard, de la loutre, de la martre ou de la belette des neiges, pour ne citer que les plus courantes. Les tissus sont généralement soit un mélange composé principalement de coton, de rayonne ou de soie pure.

deel dhiver
deel dhiver

Les Mongols portent des robes doublées au printemps, des robes non doublées en été, et des robes en fourrure ainsi qu’en coton en hiver. Les robes des hommes sont généralement amples, tandis que celles des femmes sont plutôt serrées pour montrer leur silhouette.

La robe mongole se caractérise par des manches larges et longues et le bord de la robe, les poignets et les encolures sont ornés de soies, de satins, de dentelles et de motifs de « boyaux vissés », de « nuages floconneux » ou de fourrures de tigres, de léopards des neiges, de loutres et de martres, etc.

En plus de protéger du froid en hiver, ces robes peuvent protéger des moustiques et des insectes piqueurs en été (croyez-moi, il y a beaucoup de moustiques et de mouches en Mongolie en été). En voyage, elles peuvent servir d’édredon la nuit.

Les écharpes mongoles

La ceinture mongole
La ceinture mongole

Les écharpes et les ceintures sont un élément indispensable de l’habillement mongol. En général, la ceinture est fabriquée à partir de tissu de coton ainsi que de soie et de satin et mesure trois ou quatre mètres de long. La couleur va souvent de pair avec la robe. Une ceinture bien tendue peut aider à se protéger du vent et du froid, et à garder la taille et les côtes stables et verticales lorsqu’on monte à cheval et qu’on tient les rênes.

En outre, elle peut être un ornement décoratif. Lorsqu’un homme passe sa ceinture, il soulève souvent un peu sa robe, qui convient à l’équitation. À la ceinture sont accrochés trois objets qui sont toujours avec lui : le couteau mongol, l’acier pour le silex et une pochette à tabac.

La ceinture du Mongol est un autre article très utilitaire qui sert à plusieurs fins, comme tous les vêtements traditionnels mongols. La ceinture d’une femme est plus courte et pliée plus étroitement que celle d’un homme, et dans certaines localités, une femme cesse de porter une ceinture après son mariage, portant à la place un gilet de soie moulant par-dessus la ceinture, brodé de façon élaborée et parfois clouté de pierres précieuses.

La ceinture d’un homme, qui est généralement serrée à la taille, est beaucoup plus longue et est pliée en une large bande qui peut servir de corset, protégeant les organes internes du porteur d’une bousculade excessive pendant la promenade. Elle sert également à ranger l’indispensable couteau et à attacher diverses pochettes d’accessoires.

« En plus de servir de lieu de rangement d’un couteau et de fermeture des poches, la ceinture, étant donné la manière caractéristique dont un deel est coupé, sert de fond à une « poche » qui est formée par la ceinture et la partie enveloppante du del au-dessus de la ceinture, qui offre une aération, ou ouverture, sur le côté droit du porteur, similaire à la poche « kangourou » d’un pull, mais ici, une poche à simple aération.

Chaussures mongoliennes

Les bottes traditionnelles
Les bottes traditionnelles

Les hommes et les femmes portent du gutal mongol (bottes de cuir brodées à semelles épaisses et orteils retournés). Il existe plusieurs explications à la fabrication de ces bottes. Certains disent qu’elles donnent aux cavaliers l’assurance qu’ils ne glisseront pas des étriers.

D’autres disent que le bouddhisme en est la raison : les orteils retournés seraient moins susceptibles de tuer les insectes que les chaussures conventionnelles.

bottes et chaussons en feutre
bottes et chaussons en feutre

En hiver, on y place du feutre pour avoir plus de chaleur. Les bottes traditionnelles en feutre plat sont faites pour l’équitation. Elles sont parfois inconfortables pour la marche. Pour la journée, de nombreux hommes aiment porter des bottes lourdes et résistantes de l’armée russe. Les bottes traditionnelles mongoles ont également plusieurs fonctions liées à la vie dans la steppe : elles réduisent l’incidence des morsures de serpents et d’insectes, et elles réduisent les irritations pendant les nombreuses heures passées à cheval. Le choix du type ou du style de botte dépend de la saison.

Il existe généralement trois types de bottes en cuir : celles dont la pointe s’enroule vers le haut, celles dont la pointe s’enroule horizontalement et celles dont la pointe ne s’enroule pas t toutes, qui conviennent respectivement pour la marche dans le désert, les pâturages secs et les pâturages humides.

Les bottes mongoles présentent une fabrication exquise avec de nombreuses broderies décoratives et des motifs découpés et collés sur le dessus et les jambes des bottes.

Bonnet et chapeau mongole

bonnet mongol
bonnet mongol

Le couvre-chef est souvent un indicateur de l’origine d’une personne. Les hommes mongols portent parfois des loovus (chapeaux pointus) les jours de fête ou de mariage ou à d’autres occasions importantes. Ils sont traditionnellement faits de peau de loup ou de renard et on dit qu’ils offrent une bonne protection contre le froid et le vent. Parmi les autres types de chapeaux d’homme, on trouve le janjin malgai et le toortsog. Les femmes s’enveloppent souvent la tête dans un foulard.

Les femmes portent généralement des foulards. Ils existent dans une multitude de couleurs et sont faits de tissu, de lin, de soie ou de soie fine.

Les jeunes femmes mongoles aiment nouer le foulard sur la tête, puis faire un petit nœud sur la droite, en laissant descendre la frange. Les femmes mariées utilisent le foulard pour envelopper l’arrière du sommet de la tête en l’entourant d’un cercle, sans laisser de frange.

On dit que la coutume qui veut que les femmes portent des foulards remonte à l’époque de Gengis Khan. Lorsque Genghis Khan a unifié les tribus mongoles, il a ordonné que tout le monde porte un foulard pour symboliser qu’il y avait une partie du drapeau mongol sur leur tête et exprimer leur fierté d’être mongols.

Le jour de leur mariage, les femmes mongoles portent des ornements gracieux et luxuriants qui vont de pair avec leur splendide tenue. Traduit par « filets », ce type de couvre-chef est principalement composé de « pendentifs » et de « couvre-cheveux » et se porte généralement par paire : un de chaque côté de la tête.

Il est non seulement fabriqué avec un savoir-faire artisanal magistral, mais il est également décoré de centaines de coraux, de douzaines de chaînes en argent, de grappes de perles et de nombreuses boucles en argent, feuille d’argent et cornaline.

Lorsqu’il est porté, le filet ressemble à un rideau décoré de perles qui pend devant le visage. Une paire de filets pèse trois à quatre jin (un jin équivaut à un demi-kilo), et certains peuvent peser jusqu’à dix jin. On dit que seuls des troupeaux de bons chevaux ou des centaines de bons chameaux ne suffisaient pas à faire du troc pour une paire de filets de qualité supérieure.

Les hommes et les femmes de Buriat portent traditionnellement des coiffes faites de tissu cousu ou de fourrure de castor, de loutre, de renard ou d’autres animaux. En Mongolie intérieure, les gens portent une variété de couvre-chefs, notamment des turbans, des chapeaux ronds en feutre décorés de perles colorées ou des chapeaux en astrakan ou en feutre avec des bordures. Les chapeaux de cow-boy sont également populaires comme au Tibet. On porte également des bérets de style turc et des chapeaux de fourrure de style russe.

Aujourd’hui, le chapeau mongol est le plus souvent produit en série, voire importé, avec la qualité que cela implique. Le chapeau a toujours été l’élément le plus particulier de la tenue vestimentaire d’un Mongol.

On ne laisse pas son chapeau traîner là où il risque d’être écrasé, mais on le place sur un haut perchoir, précisément pour éviter de tels accidents. L’importance traditionnellement accordée à la coiffure dans la culture mongole est telle qu’un chapeau doit être porté lors des rencontres ou des salutations avec des personnes extérieures à la famille, lors de l’entrée dans un ger (bien que l’on puisse être invité à retirer le chapeau une fois à l’intérieur), ou encore dans la rue, où il est considéré comme indécent de se promener tête nue

Ornements et coiffures mongols

Les ornements mongols
Les ornements mongols

Les ornements mongols peuvent être classés en cinq types : couvre-chefs, colliers, décorations de la taille et décorations de la main. Les couvre-chefs, qui se composent principalement d’écharpes, de chapeaux, de bagues de cheveux, de pinces à tresser, de couvre-tresses, d’épingles à cheveux, de fermoirs de cheveux, de boucles d’oreilles, de gouttes d’eau, sont la partie la plus décorative des ornements mongols.

Les hommes avaient l’habitude de porter leurs cheveux tirés en arrière dans une tresse. Les femmes portaient les leurs en deux tresses recouvertes de velours. Les tresses étaient portées devant les épaules et des ornements en argent et en corail y étaient tissés. Les jeunes filles portaient des tresses multiples reliées au temple par du fil rouge. Aujourd’hui, certaines jeunes filles portent leurs cheveux séparés au milieu, agrémentés de deux grosses perles et d’ornements en agate, en corail et en jade vert.

coiffures femme mongole
coiffures femme mongole

Autrefois, les femmes de la classe supérieure portaient des coiffures élaborées et sculptaient les cheveux dans des motifs bizarres en forme de corne avec de la graisse de mouton durcie et attachaient leurs cheveux avec des bijoux en argent, en turquoise et en corail.

Les artistes français travaillant sur la deuxième série de films Star Wars ont modelé certains des costumes portés par la reine Amidala (le personnage de Natalie Portman) d’après certains des exemples les plus voyants d’une robe féminine mongole.

Lors des festivals, même certains nomades portaient des coiffures massives, décorées d’argent et de corail, ou attachaient leurs cheveux avec de grands nœuds. La richesse d’une famille était souvent mesurée par les pierres et les métaux précieux présents dans les cheveux d’une femme.

Vêtements traditionnels et accessoires des hommes mongols

tabac mongol
tabac mongol

Les hommes de la steppe portent souvent un bus (une ceinture brodée), et portent parfois des poignards ou des épées avec des ornements en argent. Sur le côté droit de la ceinture, les hommes portent traditionnellement une pochette à tabac avec du tabac, une tabatière, un couteau dans un fourreau et de l’acier pour allumer des feux. Les pipes étaient portées dans les bottes. L’acier, l’amadou et le silex pour allumer les feux étaient portés dans un sac spécial, souvent joliment brodé et même orné de plaques d’argent. Autrefois, l’acier était si précieux pour allumer des feux qu’il pouvait être échangé contre un cheval.

ceinture brodee
ceinture brodee

Les accessoires traditionnels de l’homme mongol sont : le couteau mongol, un bol à boire en argent, un service à manger composé d’un arrangement de couteau dans son propre fourreau (dans l’esprit de l’omniprésent couteau suisse, il peut aussi inclure un cure-dent, un gratte-oreilles ( ! ) et une pince à épiler), un ensemble pour faire du feu avec du silex et de l’acier (généralement une pochette en cuir contenant la pierre à feu, et avec un solide morceau d’acier à sa base pour frapper le silex, ce qui fait que la pochette est en fait une mini-mitaine en cuir se terminant par un morceau d’acier solidement fixé), des anneaux en argent, une tabatière (aujourd’hui, généralement une bouteille), une pipe à tabac, une pochette à tabac, un crochet pour nettoyer la pipe, et une pochette de hadag (le hadag étant d’étroites bandes de soie ou de coton utilisées comme cadeau de bienvenue, et bien que le hadag lui-même n’ait pas une grande valeur intrinsèque, sa valeur symbolique dans cette culture nomade riche en traditions – où tout doit être porté non seulement dans ou sur le caftan du cavalier, mais porté de manière à ne pas entraver la libre circulation du cavalier – est incommensurable).

La sophistication de ces accessoires et de leur fabrication va du strictement utilitaire et peu coûteux au carrément artistique et exorbitant, et fonctionne invariablement comme un symbole de statut social.

Vêtements traditionnels et accessoires pour femmes mongoles

Les femmes habillées de manière traditionnelle portent des pantalons ou des shorts sous leurs dels, qui sont similaires à ceux des hommes de Mongolie. Les manches, les poignets et les cols sont en tissu coloré. Les ourlets des manteaux sont parfois ornés de fourrure de loutre ou d’un autre animal.

Par-dessus leur manteau, les femmes mariées portent traditionnellement une veste sans manches. Les bouriates de l’Ouest ne portent qu’une veste. Les bouriates de l’Est portent une jupe froncée. Comme leur manteau, les vestes sans manches ont une doublure et une fente sur le devant, du col à l’ourlet.

accessoires pour femmes mongoles
accessoires pour femmes mongoles

Les bijoux traditionnellement portés par les femmes mongoles comprennent l’utilisation de métaux précieux (or et argent), de perles, de corail, d’agate, de jade vert, d’ambre, de turquoise et de lapis-lazuli, ainsi que d’autres pierres précieuses et semi-précieuses.

Les bijoux féminins typiques comprennent les épingles à cheveux, les boucles d’oreilles, les colliers, les bracelets

Achetez votre vêtement en laine de Mongolie avec Artisans Mongols

Tous nos vêtements en laine de Mongolie sont fabriqués par nos artisans en Mongolie. Nous sommes les spécialistes des vêtements en laine de Yack, cachemire, chameaux et moutons. Si vous avez des questions, contactez-nous en ligne, nous serons ravis de vous répondre.